Dans le cadre de notre politique Qualité-Développement Durable, et fort de notre expérience en agriculture biologique, nous nous engageons à réduire, autant que possible, les traitements chimiques sur nos produits conventionnels.
C’est pourquoi aujourd’hui nous sommes en mesure de proposer des légumes étiquetés « sans résidu de pesticide détecté » (SRD).

 

Pour obtenir des produits « Sans résidu détecté » nous mettons en place des actions concrètes comme par exemple :

  • Favoriser le binage mécanique, plutôt que l’utilisation systématique d’herbicides.
  • Utiliser des variétés résistantes réduisant l’utilisation des produits fongicides
  • Allonger le temps des rotations des cultures
  • Ne pas traiter avec un anti-germinatif les produits destinés à un stockage court

 

 

 

Le « Sans résidu » signifie la non-détection de matières actives dans les analyses (conformément à la limite de détection*) réalisées par des laboratoires accrédités par le Comité Français d’Accréditation (COFRAC**) ou équivalent.

Ces analyses consistent à rechercher et à quantifier toutes les matières actives appliquées au cours de la culture et qui sont donc susceptibles d’être présentes dans nos légumes.

 

Dans notre cas nous faisons : Nos actions de surveillance / obligation de résultats

Tous les lots étiquetés « SANS RÉSIDUS DÉTECTÉ » ont fait l’objet d’analyses de résidus complètes, à savoir :

  • La recherche systématique des matières actives réellement appliquées ainsi que la recherche des matières actives susceptibles d’être appliquées (matières actives homologuées et également celles qui ne sont plus autorisées), sur la culture et sur les cultures des parcelles voisines, intégrant plus de 600 matières actives.
  • La recherche des matières actives controversées: glyphosate + AMPA
  • La recherche de matières actives permettant la conservation des produits (hydrazide maléique)
  • La recherche de dithiocarbamates est également intégrée, et différencie le soufre endogène contenu naturellement dans les alliacées, du soufre exogène lié à une utilisation de mancozebe grâce à la détection  de ETU et PTU (éthylène thio-urée et propylène thio-urée)

Selon les avancées des laboratoires et des matières actives émergentes, nous pourrons ajouter la recherche de nouvelles matières actives éventuelles.

 

La commercialisation de nos produits « SANS RÉSIDU DÉTECTÉ »  ne pourra être réalisée que sur des lots :

  • certifiés GlobalGAP
  • répondant à la charte DEMAIN LA TERRE
  • issus d’une parcelle ayant fait l’objet d’une analyse de risque préalable, identifiant toutes les sources de contaminations possibles (historique de la parcelle, cultures voisines de la parcelle….)
  • pour lesquels l’itinéraire cultural aura été préalablement validé par notre Service Qualité
  • analysés par un laboratoire accrédité, et selon le screening défini et dont le résultat ne révèle aucune détection de matière active (dans la limite de détection).
  • stockés, préparés et conditionnés dans des conditions évitant tout risque de contamination ou de mélange par des produits autres que « SRD ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre de notre adhésion à la démarche Demain la Terre, un audit annuel est réalisé dans l’entreprise par un organisme de contrôle indépendant. Lors de cet audit, la conformité au cahier des charges Demain la Terre est vérifiée, dont celle au critère « sans résidu détecté ». L’entreprise se doit de réaliser des contrôles internes tout au long de sa production, l’audit externe ne fait qu’appuyer la robustesse du système de contrôle interne.

 

 

Choisir un fruit ou légume contrôlé « sans résidu de pesticide détecté »,

est l’assurance de consommer un produit sans trace de pesticide.

 

Définitions :

« Sans résidu de pesticide détecté » signifie absence de résidu de produits phytopharmaceutiques de synthèse détecté sur les échantillons analysés.

« Pesticides de synthèse » : tous les produits phytopharmaceutiques synthétiques possédant une autorisation de mise sur le marché.

« Résidus de pesticides » : matières  actives et  leurs métabolites qui peuvent rester dans les fruits et légumes suite à un traitement phytosanitaire – liste des substances homologuées établie par le règlement CE 1107/2009.

 

* Les limites de quantifications du laboratoire sont les plus basses possibles

** Le COFRAC est l’instance nationale qui reconnait les compétences et l’impartialité des organismes d’évaluation de la conformité et des laboratoires.

  Illustrations © Freepik